Les Termites

Les termites

Les termites

 

Qui sont-ils ?

 

Les termites sont des insectes xylophages. Ils dégradent le bois et tout autre matériau contenant de la cellulose, qui constitue la base de leur alimentation (papier, carton, certains tissus, etc.)
Leur habitat naturel est la forêt, où ils participent activement au recyclage de la matière végétale morte. Par conséquent, le statut de « ravageur » qui leur est fréquemment attribué ne s’applique en réalité que dans les cas d’infestations des ouvrages nés de la main de l’homme (bâtiments, aménagements extérieurs, etc.).

Les termites sont des insectes sociaux, formant des colonies organisées en castes. Ouvriers, soldats, nymphes, reproducteurs et larves cohabitent et interagissent perpétuellement via des modes de communication complexes et élaborés (vibrations, signaux chimiques, échanges alimentaires, etc.).
La caste ouvrière représente la très grande majorité de la colonie (en moyenne 90 à 95 % des individus dans le cas des termites souterrains rencontrés en métropole). Ce sont les ouvriers qui occasionnent des dégâts aux bois, qu’ils soient stockés humides à même le sol ou secs et mis en oeuvre.

Dégats termites

Les arbres vivants ne sont pas toujours à l’abri des attaques, les termites pouvant vaincre parfois les défenses naturelles diminuées de certains arbres fragilisés par la pollution ou par d’autres ravageurs (acariens, chenilles, insectes défoliateurs, etc).

Les essences métropolitaines sont presque toutes sensibles aux attaques de termites, qui dégradent toutes les parties du bois (aubiers et bois de coeur).

L’activité des termites est à l’origine de nombreux sinistres dans les zones infestées. La perte de matière consécutive à la colonisation d’un bois par les termites peut, dans des cas extrêmes, le rendre rapidement inapte à assurer son rôle et provoquer des ruptures de parties d’ouvrages.

Différents modes de propagation des termites

Les termites se propagent :

  •  soit de façon naturelle, par essaimage (envol annuel d’individus sexués) ou marcottage (propagation de proche en proche par scission de la colonie en plusieurs sous-unités qui vont rapidement devenir indépendantes),
  •  soit par le transport de bois ou matériaux infestés vers un site qui ne l’était pas auparavant (bouturage).

Sur les quelques 2 700 espèces de termites rencontrées dans le monde, seules six sont présentes en métropole. On distingue cinq espèces de termites souterrains, qui établissent leurs colonies dans le sol, généralement à proximité d’une source d’humidité, et une espèce de termite de bois sec, dont les colonies se développent à l’intérieur d’une pièce de bois sans jamais transiter par le sol.
Les termites souterrains appartiennent tous au genre Reticulitermes. Ce sont les responsables de la plupart des sinistres, et l’impact économique de leurs dégâts est en progression constante.

En application de l’article L.133-5 du code de la Construction et de l’Habitation, lorsque dans une ou plusieurs communes des foyers de termites sont identifiés, un arrêté préfectoral1 délimite les zones contaminées ou susceptibles de l’être à court terme dans le département. Dans ces zones, les travaux de démolition sont encadrés et les diagnostics sont obligatoires en cas de vente. C’est en revanche sur l’ensemble du territoire départemental que s’appliquent les mesures relatives à la protection des constructions neuves contre l’action des termites2, dès lors qu’a été publié un arrêté préfectoral.

1L’arrêté préfectoral peut être consulté dans les mairies concernées ainsi qu’à la préfecture
2Article 2 de l’arrêté du 27 juin 2006 modifié relatif à l’application des articles R.112-2 à R.112-4 du code de la Construction et de l’Habitation

Termites : quels sont les départements et zones concernés ?

 

On recense aujourd’hui plus de 50 départements infestés par les termites en métropole. Les principales régions concernées sont :

  • Le Sud-ouest.
  • Les départements des côtes atlantique et méditerranéenne.
  • Les départements bordant les vallées du Rhône, de la Garonne et de la Loire.
  • L’Ile-de-France.

La carte ci-dessous, datée de février 2017, fait état des départements dans lesquels a été publié un arrêté préfectoral (concernant tout ou partie des départements). Afin de s’assurer que de nouveaux arrêtés préfectoraux n’ont pas été publiés depuis cette date, il convient de se renseigner au niveau local, et en particulier en préfecture.

Carte des départements français infestés par les termites

Quels sont les dégâts des termites dans les logements ?

 

Les termites grignotent du terrain surtout en milieu urbain où la contamination se fait par les habitations mitoyennes. Ces sortes de fourmis blanches s’attaquent au bois (fibre glucidique) et à tous les matériaux contenant de la cellulose (carton, papier, textiles), dont elles se nourrissent. Les galeries creusées par les termites, insectes xylophages, peuvent finir par attaquer les charpentes et les planchers des caves. Les propriétaires de logement doivent donc rester attentifs car des moyens de protection contre les termites existent.

Y-a-t-il des maisons à termites ?

 

Il n’y a pas de maisons susceptibles d’être plus concernées que d’autres par les termites.
Dans les départements où un arrêté préfectoral a été mis en place, les constructeurs doivent employer du bois résistant aux termites (chêne ou châtaignier, par exemple).  Ils doivent aussi respecter des règles pour protéger le sous-sol de la construction (pose de barrières anti-termites).

Quels sont les signes d’alerte de la présence de termites dans votre logement ?

 

Les termites ne sont pas faciles à repérer car elles fuient la lumière en raison de leur faible pigmentation. Toutefois, quelques indices peuvent vous alerter :

cordonnet termites

 

  • Une plinthe qui cède.
  • Un fragment de boiserie facilement arrachée suite à un choc.
  • Un tunnel (appelé cordonnet) de couleur marron construit en surface d’un mur.
  • Des trous noirs minuscules sur les plâtres des plafonds et des murs.
  • L’envol d’insectes depuis une fente d’un mur.
  • Des ailes éparses sur le sol, signe d’essaimage des termites.

Réaliser un diagnostic termites

 

Au moindre doute sur la présence de termites dans votre logement, le recours à un expert spécialisé est conseillé. L’état termite doit être réalisé par un professionnel certifié par un organisme accrédité par le Comité français d’accréditation (Cofrac).

Si vous habitez l’un des départements concernés par le risque termites, vous devez, au stade de la promesse de vente, être en mesure de produire un état relatif à la présence de termites du bien que vous vendez, datant de moins de six mois, constatant l’absence, ou la présence, de termites. Ce document s’ajoute au contenu du Dossier de Diagnostic Technique (DDT), à fournir pour la signature de l’avant-contrat (promesse ou compromis). Il vous permet de vous dégager de votre responsabilité en tant que vendeur (exonération de la garantie des vices cachés).

Si votre logement est située dans une de ces zones , Diagonorm vous propose d’intervenir dans les meilleurs délais pour réaliser un examen visuel et minutieux de toutes les pièces accessibles de votre bien.

Consultez nous pour obtenir un devis gratuit

Tél : 02 43 72 06 56

 

Les commentaires sont clos.