Le prélèvement Amiante

Amiante prélèvementLe prélèvement Amiante

 

Au cours du diagnostic consacré au repérage amiante, certains matériaux font l’objet d’un prélèvement envoyé dans un laboratoire à des fins d’analyses.

Des prélèvements ? Pourquoi ? Est-ce vraiment nécessaire ? Est-ce obligatoire ? 

Souvent nos techniciens sont confrontés à ces questions légitimes de la part de nos clients.

Pour rappel, l’amiante a été abondamment utilisée dans la construction sous de multiples formes. Près de 3500 produits en contiennent parmi lesquels on peut citer : joints, colles, ragréages, revêtements de sols, cloisons, couverture et bien d’autres. Impossible de les connaître tous !

Ces matériaux ne présentent pas tous le même degré de nocivité et il convient, en effet, de distinguer :

– Les matériaux friables tels que flocages, calorifugeages et faux-plafonds qui sont les plus dangereux car leur dégradation naturelle provoque une émission de fibres sous l’effet d’un simple courant d’air. Ces trois matériaux constituent la Liste A telle que définie par le législateur.

– Les matériaux non friables tels que les canalisations, les revêtements de sols, les ardoises, les plaques de fibro-ciment, les colles, les mastics … Les fibres d’amiante y sont piégées par un liant et ne peuvent libérer des fibres qu’en cas de dégradations importantes.

L’analyse d’un échantillon permet de confirmer la présence d’amiante lorsque le matériau ne peut être identifié avec certitude (absence de marquage, dégradation, matériau inconnu …)
ATTENTION : le texte réglementaire interdit à l’opérateur de conclure à l’absence d’amiante sans avoir recours à une analyse lorsque le matériau fait partie des trois matériaux friables (Liste A).

Dans tous les autres cas le propriétaire a le droit de refuser le prélèvement (ce refus sera alors indiqué dans le rapport).

Prélèvement AmiantePrélèvement AmianteExplication sur les divers traitements que va subir l’échantillon. Sans entrer dans des détails trop techniques, l’échantillon est tout d’abord clairement identifié afin d’assurer sa traçabilité. Divers processus et examens plus élaborés réalisés par un personnel impérativement minutieux et méthodique permettent ensuite d’identifier différentes couches de matière afin de définir leur caractère fibreux ou non.
Les couches fibreuses font l’objet d’une analyse par MOLP (Microscope Optique à Lumière Polarisée). Les fibres cristallisées ont des paramètres physico-chimiques et cristallographiques connus. Cette analyse permet d’obtenir la signature des différentes formes d’amiante optiquement détectable. Selon les cas, la conclusion peut déjà être donnée et validée dès cette étape (présence ou pas d’amiante). Le MOLP ne permet cependant pas d’assurer l’observation de fibres dont le diamètre est inférieur à 0.2 microns. Parfois il arrive qu’un doute persiste et une analyse complémentaire s’avère nécessaire.

Analyses Amiante
Cette analyse complémentaire est réalisée grâce à un MET (Microscope Electronique à Transmission). Le MET, ce super microscope capable d’agrandissements importants de 10000 à 20000 X autorise l’analyse de matériaux fibreux et non fibreux. La technique est identique à celle du MOLP mais la lumière est remplacée par des électrons ce qui permet d’obtenir davantage d’informations. Le matériau est analysé sur trois paramètres : sa morphologie, sa composition chimique élémentaire et sa structure cristallographique. Cette analyse, plus poussée que celle du MOLP, permet d’analyser des structures plus petites et de déterminer précisément quel type de fibre d’amiante se retrouve dans l’échantillon.

Les commentaires sont clos.